Sign in / Join

Quel est le rôle d'un PDG dans une entreprise ?

La France est l'un des rares pays à avoir les fonctions de co-président-directeur général : 23 des entreprises du CAC 40. De plus en plus, la fonction de PDG (par rapport au président DG) fait du bruit. Quelle est la différence entre le PDG et le PDG d'une entreprise ? Une dissociation des pouvoirs serait-elle plus bénéfique pour la gouvernance d'entreprise ? Quels sont les avantages et les inconvénients d'un pouvoir partagé ?

A voir aussi : Qui verse le CSP ?

Différence entre PDG et PDG : présentation des deux fonctions

Pour comprendre la différence entre le PDG et le PDG, il est nécessaire de disséquer les rôles et les missions du président et du PDG. Le rôle du président n'est pas très détaillé dans les textes réglementaires, comme dans les codes de gouvernance. Il est évidemment en charge du bon fonctionnement de la gouvernance d'entreprise. Toutefois, ses autres fonctions doivent être précisées dans le règlement intérieur, telles que celles du directeur général. Cette clarification des domaines d'attribution permet un exercice du pouvoir plus sain sans concurrence ou conflit.

A lire en complément : Quel est le master le plus facile ?

Lorsque le président combine sa fonction avec celle de directeur exécutif, il est encore plus difficile d'identifier les rôles respectifs. La frontière entre les deux est souvent complexe à visualiser. Néanmoins, il est possible de distinguer plusieurs types de différences entre PDG et PDG.

Le président d'une entreprise préside et dirige son conseil d'administration. Il joue donc un rôle au sein de l'organisme contrôlant la gestion et définissant la stratégie de l'entreprise. Il doit s'assurer que les administrateurs sont en mesure de remplir parfaitement leurs missions. En outre, il a la possibilité d'influencer l'ordre du jour des réunions du conseil et donc les sujets abordés. Le président rend compte à l'assemblée générale des actionnaires dont il préside les assemblées.

Néanmoins, c'est le conseil d'administration qui a le pouvoir de décision, et non le président. La fonction de président est prestigieuse, mais peu investie de pouvoirs. Il ne peut pas représenter l'entreprise, ni supporter son signature sur les documents officiels, à l'exception de ceux du Conseil. En réalité, la loi française confère aux conseils d'administration le pouvoir maximal d'administration des sociétés, y compris le pouvoir de nommer et de révoquer le président-directeur général.

L'action d'un président s'inscrit dans le long terme pour forger un consensus sur la vision de l'entreprise. Il s'efforcera de prendre en compte les intérêts de toutes les parties prenantes de l'entreprise en vue de valoriser le groupe.

Le directeur général s'occupe de la gestion quotidienne de l'entreprise au quotidien avec les résultats comptables de l'entreprise en ligne de mire. Il s'inscrit donc dans une logique à court terme en cherchant à affirmer ses orientations stratégiques. C'est une différence importante entre le PDG et le PDG. Il agit au nom de l'entreprise au sein d'un pouvoir plus large que celui du président. Il réalise plusieurs missions conjointement avec le conseil d'administration. Pour ce faire, il prépare les travaux et élabore les propositions qui sont puis présentés au Conseil, qui les contrôle et les valide.

Les avantages de la fusion des fonctions de PDG et de président

Bien que largement critiquée, la combinaison du rôle de président et de celui de directeur général présente des avantages qu'il convient de décrire.

Tout d'abord, le président d'une entreprise a une vue d'ensemble et une vision à long terme ainsi qu'une bonne compréhension des intérêts de toutes les parties prenantes, ce qui est bénéfique pour le PDG. En raison de la différence entre le PDG et le PDG, la fusion des fonctions permet à l'un de bénéficier des spécificités de la fonction de l'autre. L'intégration de l'ADN et des valeurs fondamentales de l'entreprise dans la gestion quotidienne de l'entreprise est d'autant plus facile et plus fluide que les fonctions ne sont pas dissociées. Le président, qui est également le PDG, est davantage en contact direct avec les réalités opérationnelles de l'entreprise.

De plus, l'existence d'un PDG permet au conseil d'administration de bénéficier d'une présentation par le exécutif lors de ses réunions. Ainsi, les administrateurs peuvent s'enrichir de la fine maîtrise des sujets abordés, mieux comprendre les enjeux de gestion quotidiens de l'entreprise et être directement en contact avec la direction.

On dit souvent que la présence d'un PDG permet plus d'efficacité avec une meilleure incarnation de l'entreprise. Cette configuration permet également de raccourcir les circuits de prise de décision. De plus, certains défenseurs de cette double fonction soutiennent qu'elle évite tout conflit entre ses deux personnalités dirigeantes dans une entreprise.

L'administrateur référent contre le pouvoir du PDG

Alors que la fusion des rôles de président et de chef de la direction apporte certains avantages, de nombreuses entreprises optent pour l'apparition d'un administrateur principal, contre le pouvoir tout-puissant du PDG. Pour en savoir plus sur ses fonctions, consultez notre article de blog ici.

Les défis de combinant les fonctions de président et chef de la direction

Pour bien comprendre les implications de la différence entre les PDG et les DG, il faut comprendre le principe de la séparation des pouvoirs ainsi que celui de l'indépendance des organes de surveillance. Dans le cas d'une combinaison de fonctions, le directeur général se réunit ensuite lors des réunions du conseil d'administration pour présider les réunions et définir les sujets abordés. Toutefois, le conseil d'administration doit contrôler la gestion de manière indépendante. Un PDG se retrouve alors juge et parti.

La confusion des rôles constitue un autre danger pour la fusion des fonctions de président et de chef de la direction. D'une part, le président doit s'assurer que les administrateurs remplissent leur propre mission. D'autre part, le directeur général a ses missions exécutives. Le Conseil n'a pas ce rôle exécutif. Cependant, la tentation d'être confondu est forte avec un PDG.

Une autre difficulté en l'absence de différence entre Les PDG et les DG concernent la question de l'abus de position dominante. Par exemple, le président qui détermine l'ordre du jour des réunions du conseil d'administration peut le diriger et le planifier en fonction des intérêts du PDG. De plus, en raison de sa maîtrise de certains sujets compte tenu de sa contribution à son élaboration, il peut avoir un impact significatif sur la direction des débats.

Enfin, il est important que chaque conseil d'administration, en tant que garant de l'équilibre des pouvoirs, soit vigilant en cas de combinaison des fonctions de président-directeur général. Cela pose un risque en termes de gouvernance d'entreprise et de conflit d'intérêts. Le Conseil ne peut donc pas jouir de toute l'indépendance nécessaire d'un arbitre neutre et objectif. Il doit être pleinement conscient de la difficulté inhérente à la fusion des deux fonctions.

Le rôle du conseil d'administration est essentiel dans les entreprises où la différence entre PDG et PDG n'est pas établie. Il doit être en mesure de prendre l'initiative, par exemple convoquer une réunion par définir son ordre du jour, s'il n'est pas là depuis plus de deux mois. Au sein du Conseil, les administrateurs indépendants, le directeur général, les comités spécialisés et leurs présidents respectifs sont des acteurs clés de cette vigilance impérative. Le conseil doit pouvoir rappeler sa mission à son président et ne pas le laisser gérer librement les choses comme bon lui semble. L'unité des fonctions n'est possible qu'avec un conseil d'administration solide.

La différenciation entre PDG et PDG est de plus en plus courante au sein des entreprises françaises, habituées jusqu'ici à la fusion des fonctions de PDG et de président. Les deux configurations présentent des avantages et des contraintes, bien que l'unicité semble beaucoup plus critique que la dissociation.

Gouvernance moderne

Un partage équilibré des pouvoirs au sein du conseil d'administration et avec les actionnaires est un gage de bonne gouvernance. Si vous avez fait la différence entre le PDG et PDG ou si vous avez opté pour une concentration de pouvoirs, découvrez tous nos conseils pour une gouvernance au service de la performance de l'entreprise.