Sign in / Join

Comment compter les générations sur un arbre généalogique ?

Vous avez récemment développé une passion pour la généalogie et souhaitez construire l'arbre généalogique de votre famille ? Dans ce domaine, il existe plusieurs informations et mécanismes à connaître. Parmi eux, l'analyse des différentes générations et leur comptage restent les principaux éléments qui permettent d'apprécier le lien familial entre vous et un ancêtre. Cependant, dans son air inoffensif, savoir compter les générations sur un arbre généalogique n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît.

Pour vous aider à mieux comprendre l'histoire complète de votre ascendance, faisons le point sur ce calcul de parenté et sur la meilleure façon de le faire.

A lire aussi : Comment trouver un emploi sur Internet ?

Pourquoi compter les générations sur un arbre généalogique ?

Faire un arbre généalogique, c'est surtout connaître qui sont nos ancêtres et connaître notre relation avec eux. Au-delà de l'aspect historique, la découverte de ses ancêtres donne avant tout l'occasion de faire des découvertes amusantes et inattendues, que ce soit par l'intermédiaire du père ou de la mère. Pour le record, il semblerait même que nous soyons tous des descendants de Charlemagne, puisque selon les historiens, en raison de l'évolution d'une ascendance à chaque génération, les descendants du roi mythique seraient aujourd'hui estimés à plus de 17 milliards . Considérant que la population à cette époque ne dépassait pas 10 millions de personnes, nous pouvons tous légitimement penser que c'était notre ancêtre.

Cependant, d'autres situations nécessitent la construction d'un arbre généalogique, par exemple lors de la recherche d'héritiers, pour une personne décédée qui n'aurait laissé aucune famille derrière elle. Certains professionnels en ont même fait une spécialité depuis quelques années.

A découvrir également : Comment obtenir une attestation de paiement de Pôle emploi ?

Comment analysez-vous les différentes générations d'un arbre généalogique ?

Chaque généalogiste vous dira qu'il n'existe pas 36 façons de calculer la parenté dans un arbre généalogique. Pour connaître, par exemple, le degré entre 2 cousins, les professionnels utilisent une formule mathématique qui consiste à diviser le nombre de véritables ancêtres avec le nombre d'ancêtres théoriques. Bien entendu, cette technique implique de connaître précisément les ancêtres de la génération concernée, sinon elle ne sera pas possible de l'appliquer.

Concrètement, pour chaque génération, il existe un certain nombre d'ascendants. Lorsque les nombres théoriques et réels sont identiques, alors nous disons que l'implex est équivalent à 1. En revanche, lorsque certains ancêtres reviennent plusieurs fois dans l'arbre généalogique, cela réduit inexorablement le nombre réel au profit du nombre théorique. Il est dit alors que l'implex est inférieur à 1.

Notez que plus le complexe est bas, plus le degré de consanguinité est élevé. C'est également une caractéristique marquée de certaines périodes et régions, où les habitants d'un même territoire et d'une même religion avaient tendance à se reproduire entre eux. Inversement, plus l'implex est élevé, plus le nombre d'ancêtres est élevé, ce qui peut compliquer grandement la recherche.

Pour mieux visualiser l'implex en situation, imaginez le cas de Patrice, marié à Stéphanie, et père heureux avec elle d'un petit garçon. À la recherche de ses ancêtres, l'homme découvre qu'il partage un ancêtre commun avec son partenaire en la personne de son arrière-grand-père. Stéphanie et Patrice sont donc des petits-cousins, sans nécessairement le savoir, ce qui implique que leur fils est un descendant deux fois de l'ancêtre en question. En conséquence, la figure de l'implex sur cette génération est inévitablement affaiblie.

Quelle est la meilleure façon de compter les générations en généalogie ?

Dans un arbre généalogique , une génération est généralement représentée par une ligne verticale. Pour compter le nombre de générations, après avoir préalablement retracé tous les ancêtres, il suffit parfois de compter le nombre de traits verticaux situés entre la dernière personne et l'ancêtre commun.

Toutefois, selon l'arbre généalogique, le comptage des lignes verticales peut ne pas être possible. Vous pouvez donc utiliser une méthode plus précise, avec la numérotation Sosa-Stradonitz, très appréciée par les professionnels de la généalogie. Cette technique consiste à attribuer un nombre pair aux hommes et un nombre impair aux femmes, à partir de la dernière personne dans l'arbre, à savoir la plus jeune personne portant le numéro 1. Son père a donc le numéro 2 et sa mère le numéro 3. D'une génération à l'autre, il suffit de multiplier le nombre de l'enfant par 2 pour attribuer le numéro du père, avant d'ajouter 1 pour le numéro de la mère.

Par exemple, selon la numérotation Sosa-Stradonitz, si vous êtes le numéro 1 de votre arbre généalogique  :

  • votre père est le numéro 2 ;
  • votre mère est le numéro 3 ;
  • votre grand-père paternel est le numéro 4 ;
  • votre grand-mère paternelle est le numéro 5 ;
  • votre grand-père maternel est le numéro 6 ;
  • votre grand-mère maternelle est le numéro 7 ;
  • etc.